BFM 500 Futura V3 pour patrouille profonde

BFM 500 Futura V3 pour patrouille profonde

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous faire une présentation du sac et de son chargement du « sac de patrouille », ou sac 72H, le BFM 500 Futura V3 de chez Camelbak. Entre autres, un réglage du harnais, et une présentation d’un plan de chargement comme j’ai appris à le faire. C’est un plan de chargement de base, avec les produits essentiels pour pouvoir tenir dans le temps sur une patrouille profonde, il n’est pas exhaustif et chacun peut améliorer ce paquetage de base.

Voici le lien du site Terrang vers le descriptif technique du sac.

https://www.terrang.fr/sac-a-dos-bfm-camo-green-futura-v3-camelbak.html

Ce sac est le fruit d’une collaboration entre Camelbak et les retexs d’opérateurs, ce qui nous a permis de le faire évoluer au fur et à mesure des versions. Il est fabriqué par Camelbak uniquement pour nous, MP-Sec France, pour le marché Français.

Par rapport au modèle catalogue, vous trouverez :

-Le harnais Futura,
-Des sangles de rappel de charges,
-Une poche à lunettes,
-La poche supérieure doublée en microfibre, pour pouvoir y ranger des optiques,
-Du MOLLE sur les poches latérales,
-Le coloris camo green ou coyote, en cordura ripstop 500D.

Avec ce sac, vous êtes tranquille pour plusieurs années de mauvais traitement. Sa particularité reste le harnais Futura, développé par Mystery Ranch, qui lui permet de s’adapter à tous les gabarits. Il permet de régler la taille du harnais de portage en fonction de sa taille, et aussi de l’ajuster en fonction de la charge que l’on porte.

Je vous montre les étapes du réglage, qui sont très simples.

Desserrez les sangles de rappel de charges.

Soulevez le rabas.

Sortez la plaque rigidificatrice.

Glissez la plaque entre son emplacement et le sac.

Rentrez la à fond pour que les deux parties en velcro se détachent.

Réglez la hauteur du harnais à votre convenance.

Une fois choisi la bonne hauteur, remettez la plaque en plastique dans son emplacement et refermez le rabat.

Maintenant, pour les accros du rangement, petite présentation de mon paquetage :

De gauche à droite en partant du haut vers la bas, numérotez-vous !

-Sac à viande en polaire ( très utile pour renforcer les capacités du sac de couchage),
-Sac de couchage 0°, pour la compacité, et honnêtement j’ai dormis par -20° en exercice, ça passe,
-Une housse Gore-tex, pour isoler votre précieux duvet (si si, j’en vois qui rigole au fond… Le sac de couchage est mon précieux, en plus il est Multicam ce qui le rend encore plus précieux ?),
-Une tenue chaude : pour moi, elle est composée d’une veste ATOM SV de chez Arc’teryx, et du pantalon, le tout avec une paire de grosses chaussettes en laine de mérino, pour que les phases de statique par temps froid ne soient pas complétement une galère,
-Un tapis de sol en mousse et aluminium, alors pourquoi ce choix me direz-vous ? J’ai testé des auto-gonflants, des chers, des pas chers, au bout du compte, ils se percent tous sans exception, car de nuit quand on monte son bivouac, on ne voit pas ce qui recouvre le sol et le seul tapis qui résiste à tous type de sol cela reste le tapis mousse,
-Une vache à eau de 10L, pour pouvoir être autonome un certain temps en eau, si on est en phase statique sans pouvoir bouger pour rester discret,
-Des liens souples pour accrocher différentes choses sur le sac ou ailleurs,
-Un sac étanche, pour mettre à l’abri de l’eau le couchage, le change, la tenue chaude,
-Un couvre sac à dos à la taille du BFM, dans ce cas précis, prenez un 70L, car une fois bien remplis, ça fait du volume à recouvrir,
-Une tenue contre les intempéries : j’utilise un ensemble Alpha de chez Arc’teryx, onéreux certes, mais tellement efficace, et quand on passe plusieurs heures voir jours sous la pluie, en pleine forêt, je vous assure que cela vaut le coup d’investir,
-Un ensemble batterie et panneau solaire, permettant de recharger son GPS une fois la nuit tombée,
-Une lampe de chez Princeton Tec, qui permet au besoin de s’éclairer discrètement sur un bivouac, ou de servir de lampe de marquage lors d’une récup’ venant du ciel,
-Une paire de gants de travail, cela évite les petites coupures, les échardes lors des différents travaux de camouflage,
-Une bobine de paracorde, 20m minimum, car elle sert à tout cette paracorde ! Franchissement de coupure humide, tendre son Tarp, etc…
-Une scie pliante, avec plusieurs lames, bois vert, bois sec, métal, PVC, c’est toujours utile quand on veut rester autonome et discret,
-Un réchaud :pour moi le Jetboil est compact, léger et efficace, et pour chauffer de l’eau pour sa ration lyophilisé, il est très rapide,
-Un gobelet et une gamelle pliante,
-Des pochettes étanches, pour garder papiers, cartes, crayons, stylos au sec, de vieilles habitudes c’est vrai, car maintenant nous avons les carnets et papiers Rite in the Rain ce qui est parfait,
-Une poche étanche pour le rouleau de papier toilette, ça évite de salir les feuilles de la forêt ?,
-Des lingettes, car même si le commando n’a pas la possibilité de prendre une douche tous les jours en mission, il y a certaines partie de son anatomie à garder au propre, croyez-moi, c’est mieux et surtout très agréable en plus,
-Une paire de jumelles, pour pouvoir surveiller de loin,
-Une hachette,
-Une pelle plante, ou pelle US, moi j’ai opté pour une pelle Glock. Après avoir utilisé pendant des années une pelle ALICE qui même si elle était compact pesait son petit poids, on finit par trouver plus léger. Cette pelle vous permet de faire un abri semi-enterré, de faire des rigoles autour de votre Tarp, d’enterrer vos besoins au fond des bois, ne faites pas la grimace, c’est la vie, il n’y a pas de toilettes publiques sur le terrain, et on ne laisse pas de traces !

Allez, hop, on charge la mule :

Le sac s’ouvre intégralement comme une valise, ce qui est plus que pratique pour son agencement. En général, chaque chose a une place et c’est toujours la même, ce qui permet de nuit, de trouver ce que l’on cherche. On range son sac par priorité, le couchage au fond (c’est ce qui sert le moins souvent), les vêtements chauds et de pluie plus facilement accessibles. Les sangles de compressions présentes dans le compartiment principal, permettent de bien maintenir ses affaires.

Franchement, avec un volume tout confondu de 53L, j’aurai eu encore de la place pour mettre des repas lyophilisés pour quelques jours.

Le sac est prêt, allez hop à la pesée !

Voilà, 15,2kg, c’est plus que raisonnable, c’est un bébé menhir ?

…Et c’est partit pour une joyeuse rando !

Achat aux particuliers : ici.
Achat aux professionnels : ici.

Les commentaires sont clos.