BFM 500 Futura V3 pour patrouille profonde

BFM 500 Futura V3 pour patrouille profonde

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous faire une présentation du sac et de son chargement du « sac de patrouille », ou sac 72H, le BFM 500 Futura V3 de chez Camelbak. Entre autres, un réglage du harnais, et une présentation d’un plan de chargement comme j’ai appris à le faire. C’est un plan de chargement de base, avec les produits essentiels pour pouvoir tenir dans le temps sur une patrouille profonde, il n’est pas exhaustif et chacun peut améliorer ce paquetage de base.

Voici le lien du site Terrang vers le descriptif technique du sac.

https://www.terrang.fr/sac-a-dos-bfm-camo-green-futura-v3-camelbak.html

Ce sac est le fruit d’une collaboration entre Camelbak et les retexs d’opérateurs, ce qui nous a permis de le faire évoluer au fur et à mesure des versions. Il est fabriqué par Camelbak uniquement pour nous, MP-Sec France, pour le marché Français.

Par rapport au modèle catalogue, vous trouverez :

-Le harnais Futura,
-Des sangles de rappel de charges,
-Une poche à lunettes,
-La poche supérieure doublée en microfibre, pour pouvoir y ranger des optiques,
-Du MOLLE sur les poches latérales,
-Le coloris camo green ou coyote, en cordura ripstop 500D.

Avec ce sac, vous êtes tranquille pour plusieurs années de mauvais traitement. Sa particularité reste le harnais Futura, développé par Mystery Ranch, qui lui permet de s’adapter à tous les gabarits. Il permet de régler la taille du harnais de portage en fonction de sa taille, et aussi de l’ajuster en fonction de la charge que l’on porte.

Je vous montre les étapes du réglage, qui sont très simples.

Desserrez les sangles de rappel de charges.

Soulevez le rabas.

Sortez la plaque rigidificatrice.

Glissez la plaque entre son emplacement et le sac.

Rentrez la à fond pour que les deux parties en velcro se détachent.

Réglez la hauteur du harnais à votre convenance.

Une fois choisi la bonne hauteur, remettez la plaque en plastique dans son emplacement et refermez le rabat.

Maintenant, pour les accros du rangement, petite présentation de mon paquetage :

De gauche à droite en partant du haut vers la bas, numérotez-vous !

-Sac à viande en polaire ( très utile pour renforcer les capacités du sac de couchage),
-Sac de couchage 0°, pour la compacité, et honnêtement j’ai dormis par -20° en exercice, ça passe,
-Une housse Gore-tex, pour isoler votre précieux duvet (si si, j’en vois qui rigole au fond… Le sac de couchage est mon précieux, en plus il est Multicam ce qui le rend encore plus précieux 😉),
-Une tenue chaude : pour moi, elle est composée d’une veste ATOM SV de chez Arc’teryx, et du pantalon, le tout avec une paire de grosses chaussettes en laine de mérino, pour que les phases de statique par temps froid ne soient pas complétement une galère,
-Un tapis de sol en mousse et aluminium, alors pourquoi ce choix me direz-vous ? J’ai testé des auto-gonflants, des chers, des pas chers, au bout du compte, ils se percent tous sans exception, car de nuit quand on monte son bivouac, on ne voit pas ce qui recouvre le sol et le seul tapis qui résiste à tous type de sol cela reste le tapis mousse,
-Une vache à eau de 10L, pour pouvoir être autonome un certain temps en eau, si on est en phase statique sans pouvoir bouger pour rester discret,
-Des liens souples pour accrocher différentes choses sur le sac ou ailleurs,
-Un sac étanche, pour mettre à l’abri de l’eau le couchage, le change, la tenue chaude,
-Un couvre sac à dos à la taille du BFM, dans ce cas précis, prenez un 70L, car une fois bien remplis, ça fait du volume à recouvrir,
-Une tenue contre les intempéries : j’utilise un ensemble Alpha de chez Arc’teryx, onéreux certes, mais tellement efficace, et quand on passe plusieurs heures voir jours sous la pluie, en pleine forêt, je vous assure que cela vaut le coup d’investir,
-Un ensemble batterie et panneau solaire, permettant de recharger son GPS une fois la nuit tombée,
-Une lampe de chez Princeton Tec, qui permet au besoin de s’éclairer discrètement sur un bivouac, ou de servir de lampe de marquage lors d’une récup’ venant du ciel,
-Une paire de gants de travail, cela évite les petites coupures, les échardes lors des différents travaux de camouflage,
-Une bobine de paracorde, 20m minimum, car elle sert à tout cette paracorde ! Franchissement de coupure humide, tendre son Tarp, etc…
-Une scie pliante, avec plusieurs lames, bois vert, bois sec, métal, PVC, c’est toujours utile quand on veut rester autonome et discret,
-Un réchaud :pour moi le Jetboil est compact, léger et efficace, et pour chauffer de l’eau pour sa ration lyophilisé, il est très rapide,
-Un gobelet et une gamelle pliante,
-Des pochettes étanches, pour garder papiers, cartes, crayons, stylos au sec, de vieilles habitudes c’est vrai, car maintenant nous avons les carnets et papiers Rite in the Rain ce qui est parfait,
-Une poche étanche pour le rouleau de papier toilette, ça évite de salir les feuilles de la forêt 😉,
-Des lingettes, car même si le commando n’a pas la possibilité de prendre une douche tous les jours en mission, il y a certaines partie de son anatomie à garder au propre, croyez-moi, c’est mieux et surtout très agréable en plus,
-Une paire de jumelles, pour pouvoir surveiller de loin,
-Une hachette,
-Une pelle plante, ou pelle US, moi j’ai opté pour une pelle Glock. Après avoir utilisé pendant des années une pelle ALICE qui même si elle était compact pesait son petit poids, on finit par trouver plus léger. Cette pelle vous permet de faire un abri semi-enterré, de faire des rigoles autour de votre Tarp, d’enterrer vos besoins au fond des bois, ne faites pas la grimace, c’est la vie, il n’y a pas de toilettes publiques sur le terrain, et on ne laisse pas de traces !

Allez, hop, on charge la mule :

Le sac s’ouvre intégralement comme une valise, ce qui est plus que pratique pour son agencement. En général, chaque chose a une place et c’est toujours la même, ce qui permet de nuit, de trouver ce que l’on cherche. On range son sac par priorité, le couchage au fond (c’est ce qui sert le moins souvent), les vêtements chauds et de pluie plus facilement accessibles. Les sangles de compressions présentes dans le compartiment principal, permettent de bien maintenir ses affaires.

Franchement, avec un volume tout confondu de 53L, j’aurai eu encore de la place pour mettre des repas lyophilisés pour quelques jours.

Le sac est prêt, allez hop à la pesée !

Voilà, 15,2kg, c’est plus que raisonnable, c’est un bébé menhir 😉

…Et c’est partit pour une joyeuse rando !

Achat aux particuliers : ici.
Achat aux professionnels : ici.

Sacs de transports pour armes longues AIM Field Sport

Sacs de transports pour armes longues AIM Field Sport

Toujours à la recherche des meilleurs équipements, MP-Sec France distribue la marque AIM Field Sport.

AIM Field Sport est une société britannique spécialisée dans le développement et la confection de sac de transport pour tireur de précision. La marque est aujourd’hui reconnue par les tireurs de précision du monde entier comme la référence de Drag bag pour fusils de précision comme pour les carabines. Utilisés dans les situations les plus difficiles, ils offrent une protection inégalée aux fusils et présente un excellent investissement à long terme. Les équipements AIM Field Sport sont le choix des tireurs d’élite des forces armées, des forces de police ainsi que des meilleurs tireurs sportifs.

Vente aux particuliers : ici.
Vente aux professionnels : ici.

Opération Lampe ASP Juin 2017

Opération Lampe ASP Juin 2017

Chers clients,

ASP est le leader de la fabrication de bâtons de défense télescopiques, un outil aujourd’hui indispensable aux Forces de l’Ordre. La marque américaine propose une série de lampes dédiées aux policiers et militaires.

Afin de promouvoir cette collection nous vous proposons un programme original Lampes ASP : chaque mois et pour une durée de 12 mois, il y aura la lampe ASP du mois : cela a commencé par la TRIAD USB, la Scribe et ce mois-ci, c’est au tour de la Turbo USB ® !

La technologie révolutionnaire de la lampe tactique Turbo® USB LED produit une lumière brillante de 780 lumens avec une autonomie d’environ une heure en exécution continue. L’Assemblage du réflecteur parabolique autonome est métallisé et étanche. Les éléments de focalisation indépendants créent un éclairage ambiant, ainsi qu’un faisceau central de luminosité pénétrant incroyable.

Vente aux particuliers : ici.
Vente aux professionnels : ici.

Review Loksak Shieldsak : pochettes brouilleuses d’ondes

Review Loksak Shieldsak : pochettes brouilleuses d’ondes

De nos jours, avec le développement des moyens de communications sans fils (GSM, Wifi, NFC) et nos modes de vie hyperconnectés, la sécurité des données et leur utilisation privée est une préoccupation pour de nombreux voyageurs. De même, le développement des moyens de paiements sans contact (NFC sur carte bleue ou téléphone mobile), oblige à protéger ses équipements.

La société américaine Loksak, spécialisée dans la protection des appareils électroniques, documents & cartes ou des denrées alimentaires a mis au point des pochettes agissant comme une véritable cage de Faraday qui dépassent la plupart des autres produits actuellement disponible sur le marché.

En effet, les pochettes Shieldsak ont été développées afin de pouvoir transporter vos équipements ou documents à puces et les données qu’ils comportent de manière sécurisée. Les signaux émis par radiofréquences, infrarouge ou par scan sont bloqués à l’entrée et la sortie. Votre passeport ou cartes bleues avec puces électroniques ne peuvent être scannés et votre téléphone ne peut pas sonner. De plus, certains appareils électroniques contiennent un logiciel de traçage mais une fois utilisés avec une pochette Shieldsak, les données ne sont plus pertinentes.

Pourquoi les pochettes Loksak Shieldsak sont-elles supérieures aux autres pochettes Faraday ?

Pour définir le niveau de performance des pochettes bloquants les radiofréquences il est important de comprendre la notion d’atténuation, puisque c’est ce mot qui indique la puissance du sac Shieldsak. Il ne s’agit pas d’un chiffre qui puisse être déterminé par un vendeur ou le fabricant puisque cette information nécessite des essais par un laboratoire indépendant et certifié. Un rapport de tests indiquant les mesures doit pouvoir être disponible afin de garantir les performances inscrites dans les descriptifs car de nombreux fabricants ne les effectuent pas puisque ces tests coutent chers et nécessitent de nombreux appareils de mesures. De plus, ces mesures doivent être effectuées de manière intensives car avec l’utilisation, l’atténuation peut être modifiée si le matériau subit une transformation.

Du fait de la multitude d’appareils portatifs disponibles et des différences qu’il existe entre eux, pour qu’une cage de Faraday fonctionne correctement, il faut utiliser un tissu avec une très haute atténuation et il ne doit pas y avoir de couture ni aucune ouverture où les scratchs rencontrent une couture latérale, ni aucune fermeture éclair. Aucune ouverture, même un infime trou invisible à l’œil nu ne doit être présent pour que la pochette puisse être considérée comme une cage de Faraday.

Le matériau utilisé pour fabriquer les pochettes Loksak Shieldsak a un niveau d’atténuation des radiofréquences de 85+ dB tandis que celui des produits concurrents, dont le sac Faraday Black Hole n’est que de 69+ dB. Ce matériau a été développé en interne par Loksak pendant plus de 5 ans et est maintenant breveté.

Ce matériau a été testé et éprouvé sur une plage de fréquences allant de 3 MH à 10,000 GHz avec une performance moyenne de 72+ dB. Cette information est primordiale pour évaluer l’efficacité réelle du blindage.

L’avantage des pochettes Loksak est également leur format souple et donc facile à utiliser.

D’autres produits concurrents, dont des modèles actuellement en service dans les forces armées américaines sont disponibles sous forme de caisses rigides. Mais même les plus petits formats (pour un téléphone par exemple) sont assez volumineux et peu confortables au port dans une poche par exemple. Ce format caisse peut être pratique pour le rangement mais cela s’avère peu pratique à l’usage et sont de fait assez peu utilisés par les utilisateurs qui les perçoivent tout de même en dotation.

Malgré leur souplesse, les pochettes Shieldsak ont été testées à l’abrasion pendant + 1 million de cycles et éprouvés en laboratoire à des températures allant de -30°C à +90°C les rendant ainsi utilisable dans toutes les conditions et toutes les latitudes.

Les pochettes Loksak Shieldsak sont disponibles en 3 tailles : documents/smartphone (11,4 x 18,4cm), tablettes (24,1 x 30,5cm) ou ordinateur portables (30 x 45cm)

En conclusion : Lorsqu’une personne souhaite protéger un article avec une puce et des données, il peut choisir entre les meilleures pochettes souples de protection ou éventuellement opter pour un article à bas prix et espérer qu’il fonctionnera.

Vente aux particuliers : ici.
Vente aux professionnels : ici.

MP-Sec distribue les fusils Desert Tech

MP-Sec distribue les fusils Desert Tech

Forte de dix années d’expérience dans la distribution des meilleures marques de textiles et d’équipements pour les forces armées et de sécurité, MP-Sec France est fier de vous annoncer la distribution de la marque d’armement : Desert Tech.

Desert Tech est une société américaine fondée en 2007 et basée à West Valley City dans l’Utah. Elle a développé les fusils parmi les plus précis et les plus compacts au monde. La spécialité des fusils Desert tech est la configuration « bullpup », ce qui signifie que le chargeur est derrière la poignée de tir. Ce système qui a déjà été employé et parfaitement éprouvé sur de nombreux fusils d’assauts (FAMAS ; SA80 ; TAVOR…) permet d’avoir une arme compacte dont le centre masse est au plus près du tireur avec tous les avantages que cela procure : équilibre général de l’arme ; manipulations aisées, discrétion… cela sans nuire à la précision

La fonction brevetée de conversion rapide du calibre permet de changer de canon en soixante secondes sur la même base de châssis. Cette fonction offre aux armes Desert Tech une grande polyvalence appréciée par les militaires, les policiers et les tireurs sportifs.

La firme fournit plusieurs unités américaines et regarde aujourd’hui vers l’Europe. Elle bénéficie d’une solide expérience dans la production permettant d’adapter sa capacité de production pour des demandes en grand volume. Elle a choisi l’expérience et l’expertise de MP-Sec pour proposer ces fusils aux professionnels et amateurs de tir français. L’équipe MP-Sec France compte dorénavant deux armuriers pour renforcer le pôle commercial qui reste à votre écoute pour vous présenter les armes et répondre à vos questions.

Vente aux professionnels : ici.

Ceinturon d’allègement Arktis

Ceinturon d’allègement Arktis

 

Le ceinturon porte équipements Arktis présente des systèmes de fixation universels MOLLE pour votre holster, pochettes etc… il est fabriqué à partir en nylon avec Mesh 3D à l’intérieur pour une meilleure respirabilité. Sa forme ergonomique répartit la charge et réduit la pression sur les zones nerveuses des cuisses.

Le ceinturon de combat Arktis est compatible avec le système AMS : Bretelles Croisées ARK-V982 ou avec système Yoke ARK-V981. Des anneaux en D situés sur la bordure haute du ceinturon permettent de fixer le Yoke ou un jeu de bretelle plus minimaliste. Ce ceinturon est également doté d’une ceinture réglable avec la fameuse boucle Cobra pour un confort optimal ainsi qu’une fermeture sécurisée.

Recouvert de passants de type MOLLE sur l’extérieur, il permet de fixer des pochettes accessoires et/ou porte chargeurs afin de compléter son emport. Certains passants de type MOLLe sont élargis afin de permettre le passage de sangles pour plateformes ou holsters de cuisse.

Caractéristiques :

  • Taille S/M : 75cm -94 cm
  • Taille L/XL : 95cm – 114cm
  • Taille 2XL/3XL : 115cm – 135cm
  • Disponible en vert OD et noir
  • Poids : 440 g

Découvrez la présentation complète en cliquant sur la vidéo de notre chaîne Youtube :

Vente aux particuliers : ici.
Vente aux professionnels : ici.

Pansements hémostatique WOUNDCLOT

Pansements hémostatique WOUNDCLOT

Une innovation médicale a permis de produire un pansement « unique » qui peut arrêter une hémorragie sévère en quelques minutes, ce qui pourrait permettre de sauver rapidement des vies. Quand il est mis au contact de liquides, « Woundclot » permet aux liquides de changer d’état pour devenir un gel. Le bandage « Woundclot », développé par Core Scientific Creations, possède une « structure moléculaire particulière » qui active le facteur de coagulation N°12, ce qui signifie qu’il peut absorber de grandes quantités de liquide sans pour autant se disloquer, et se transforme en gel.

Son inventeur, le Dr Shani Eliyahu Gross, vice-président de Core Scientific Creations a déclaré lors des échanges franco-israéliens concernant la prise en charge médicale des tueries de masse :

« Quand il est mis au contact de liquides, ce produit commence à absorber d’énormes quantités de sang, puis il change d’état pour devenir un gel. Plus le pansement absorbe de sang, plus vite il commence à coaguler. L’efficacité du bandage, et le fait qu’il ne nécessite pas qu’une pression soit appliquée sur la plaie, peut avoir des implications importantes dans le domaine du combat, où les saignements incontrôlables sont la première cause de décès. Cette invention est particulièrement pertinente dans le cas de blessures à la tête, du thorax et au cou, où l’application d’une pression ne permet pas pour autant de faire cesser l’hémorragie ».

Ce produit est unique car il est le seul produit sur le marché dont les caractéristiques excluent l’application d’une compression lors d’une hémorragie sévère tout en étant en même temps bio-absorbable . Il n’est classé que IIB en Europe mais déjà classe III en Israel en chirurgie orthopédique. »

La police israélienne utilise depuis quelques années les bandages Woundclot, et ils sont également vendus dans les hôpitaux pour un peu moins de 10€ par bandage (taille 10x10cm). Actuellement en phase de test en France, ces pansements pourraient permettre dans les tuerie de masse de gagner énormément de temps en complément des garrots à pauses rapides type cliquet dans les Mass Casualty Incident (MCI) ou plan NOVI (Nombreuses victimes).

Vente aux particuliers : ici.
Vente aux professionnels : ici.

Visite au SOFIC USA

Visite au SOFIC USA

Toujours à la recherche des dernières innovations et en liaison directe avec les marques que nous distribuons en France, nous sommes actuellement en Floride au salon SOFIC. Ce salon est l’équivalent du SOFINS où se retrouvent les membres de la communauté des Forces Spéciales.

Voici quelques photos du stand 5.11 Tactical :

Le stand Surefire et le stand Princeton Tech :

Le stand Team Wendy et le stand KRYPTEC :

Le Convention Center où se déroule le salon, ainsi que la baie avec les bateaux de certains stands founisseurs (Oakley…) :

Le stand FLIR, et autre… :

Comment régler correctement son porte-plaques 5.11 TacTec Plate Carrier ?

Comment régler correctement son porte-plaques 5.11 TacTec Plate Carrier ?

Au travail ou pendant les séances de sport (ou même les 2 !), certains choisissent d’être accompagné d’un porte-plaques. Pour régler celui-ci, il faut tout d’abord savoir comment le porter correctement, c’est-à-dire, à quel niveau doivent se situer vos plaques de protections balistiques (ou lestées, selon l’emploi du porte-plaques). Ces dernières doivent couvrir les organes vitaux que sont le cœur, les poumons, etc… Il faut donc les positionner de la meilleure manière ! Le haut de votre plaque doit arriver juste sous le niveau de votre incisure jugulaire, plus simplement : le creux formé par le haut de votre sternum et vos deux clavicules, voyez plutôt :

Vient ensuite la question du confort et de la liberté de mouvements. De manière générale, cela varie en fonction des préférences de chacun. Mais je vous conseille de porter votre porte-plaques le plus près du corps possible sans vous sentir étouffé, ainsi, il suivra au mieux vos mouvements sans se balancer sur vous.

Vous l’aurez donc compris il faut donc régler votre porte plaque 5.11 en hauteur et en largeur !

Avant de commencer à régler, il vous faut au préalable insérer vos plaques balistiques dans votre porte-plaques. Elles s’insèrent comme ceci, par le bas :

Et doivent être maintenues en place par les 4 sangles à l’intérieur du compartiment, comme cela :

Vos plaques doivent être enfoncées le plus haut possible dans votre porte-plaques et ensuite maintenues en place par les sangles verticales. Les sangles latérales servent à centrer vos plaques.

Une fois vos plaques fixées à l’intérieur, venons-en au réglage de la taille. Pour ceci, ouvrez la face arrière de votre porte-plaques :

Vous y trouverez le surplus de MOLLE latérale, ainsi qu’un câble noir qui part du bas de la face arrière de votre porte-plaques et qui va jusqu’au haut de la face avant : il s’agit en fait du système de délestage rapide de votre porte-plaques.

Tirez le câble de son logement situé au bas de la face arrière et faite le remonter jusqu’aux bretelles de votre porte-plaques. Ouvrez les bretelles et continuez à tirer le câble noir, une fois les bretelles ouvertes et le câble sorti, vous vous apercevrez que vos bretelles sont en deux parties :

Il vous suffit maintenant de repositionner les deux parties comme vous le souhaitez pour donner plus ou moins de longueur à vos bretelles :

Une fois positionné, il faut repasser le câble en faisant des « dessus dessous » dans les passants des deux parties des bretelles, un peu à la manière d’un tressage MOLLE :

Une fois les bretelles tressées, vous pouvez les refermer et faire passer le câble dans son guide jusqu’au bas de la face arrière de votre porte-plaques :

Arrivé en bas du guide vous pouvez maintenant régler la largeur de votre porte-plaques en laissant sortir plus ou moins de MOLLE vers l’extérieur :

Une fois la taille choisie, il suffit de finir le tressage en « dessus dessous » avec le câble noir et ranger le surplus de câble dans le logement dont vous l’avez sorti au départ :

Vous pouvez maintenant refermer la face arrière et enfiler votre gilet qui est désormais à votre taille ! Cependant, pas d’inquiétudes : il se peut que vous aillez besoin de plusieurs essais pour trouver LE réglage parfait, mais une fois ajusté vous n’aurez plus à y toucher…

Si vous avez une question concernant le réglage ou butez sur un point, n’hésitez pas à nous appeler en boutique.

Vente aux particuliers : ici.
Vente aux professionnels : ici.

Review et test du CFK 7 de 5.11 Tactical

Review et test du CFK 7 de 5.11 Tactical

A l’occasion d’une ballade dominicale dans la forêt d’Orléan pour aller chercher du bois gras, j’ai choisi d’emmener avec moi et de tester pour la première fois le couteau CFK 7 de chez 5.11 Tactical. Le CFK 7 (Camp and Field Knife, le 7 étant pour sa taille en pouces) est le « petit » dernier de la gamme coutellerie de la marque américaine. Résolument typé outdoor, il se veut solide, modulable et apte à toutes les tâches qu’un bon couteau de camp pourrait rencontrer.

« Surprise » est le mot qui m’est venu à l’esprit en premier quand je l’ai sorti de la boite grâce à son étui moulé, solide et bien pensé. Un passant (amovible) muni d’une pression complète sécurise la rétention déjà solide du couteau. Deux passants molle-lock permettent une variété de ports intéressants.

Une fois le couteau sorti de l’étui, on passe dans un autre monde! Les français peu habitués aux lames massives devront être bien préparés aux 7 pouces (18 cm) de la lame et surtout aux 7 mm d’épaisseur.

Pourtant une sensation de légèreté est bien la, due principalement a l’excellent équilibre du couteau. Le profil convexe remonte bien haut et l’affutage en sortie de boite est réellement rasoir. Il est évident que pour peler une pomme son épaisseur le pénalisera, mais ce n’est pas ce que l’on demande à un couteau comme ça… Toutefois, sa capacité à effectuer des coupes fines en surprendra plus d’un ! Le grip est un peu glissant en sortie de boite, je pense surtout que cela est dût au produit de protection dont est enduite la lame. Un simple passage à l’éponge et au produit vaisselle et il reprend une accroche plus que convenable.

Le principe d’un couteau de camp est de répondre a un cahier des charges simples, pour faire tout ce que l’on peut avoir à faire sur une sortie nature : de la simple rando en passant par un bivouac bushcraft, en passant par du tracking (recherche de gibier blessé) ou du search and rescue (équivalent nord-américain de notre sécurité civile).

Une fois le morceau de pin saturé de résine trouvé…

Il est temps de se mettre au travail !

Deuxième surprise, la lame rentre fort dans ces fibres denses, et même très for t! A plusieurs reprises il m’a fallu forcer pour le sortir de la coupe mais rapidement un beau morceau de bois gras est extrait et nettoyé de son écorce.

Puisque l’on est là, autant préparer un petit thé, la bouilloire étant dans le sac All Hazard et le CFK 7 ne demandant qu’à faire sauter des copeaux de bois gras ! Le travail de pointe est plutôt agréable et la prise avancée réellement confortable même pour quelqu’un comme moi avec des doigts courts.

Nettoyage de zone en raclant le sol avec la lame :

Puis viens l’obligatoire séance de batonnage, un morceau de chêne bien sec fera d’excellentes buchettes sans laisser la moindre trace sur le coating (revêtement) de la lame. L’affutage est toujours rasoir en fin de sortie, les traitements thermiques ont vraiment été soigné sur cet acier SCM 435.

Puis laissons de coté nos soucis quotidiens pour nous abandonner a la vue relaxante d’un feu de camp…

Un combo agréable avec le sac 5.11 All Hazards et la scie Fiskars sw75…

Surtout n’oubliez pas que l’aventure est là où vos pieds vous emmènent et que pour se retrouver, il faut parfois savoir se perdre

 

Vente aux particuliers : ici.
Vente aux professionnels : ici.