Pourquoi choisir la laine Merinos ?

Pourquoi choisir la laine Merinos ?

Pourquoi nous privilégions les premières couches en laine ? 

Chez Terrang MP-Sec nous privilégions les premières couches en laine, si certain préfèrent encore le synthétique après cet article j’aurai raté ma mission. 

Quand on parle de laine on parle bien sûr de laine naturelle et surtout de haute qualité. Ici on parlera de laine de mérinos car elle est la laine ayant les meilleures propriétés et étant la plus disponible pour la production de vêtement, certaine laine comme la laine de yak sont encore plus performante mais étant moins disponible les vêtements sont plus compliqués à produire en quantité. 

Qu’est-ce que le mérinos ?

Le Merinos est une race de mouton, tout simplement. La particularité du mouton Mérinos est qu’il possède une laine ultra fine, bien plus que les autres races de moutons. L’épaisseurs (le diamètre de la fibre) de la laine s’exprime en microns, l’épaisseur peut varier de 11 à 24 microns chez le mérinos alors que la taille moyenne chez les autres moutons est de 37 microns. 

La laine ça gratte ?

Sachez que le mérinos ne gratte pas ou si vous êtes très sensible il ne grattera jamais comme le bon vieux pull de grand-mère que vous avez en tête quand vous pensez à la laine. 

Et ceci est dû à sa finesse, plus la laine est fine moins elle gratte, les vêtements en mérinos sont très doux au touché. 

Maintenant venons-en au pourquoi la laine est-elle à privilégier en première couche et non pas le coton ou les matières synthétiques ?

-Les vêtements en laine comme le coton résistent beaucoup mieux aux flammes et aux fortes chaleurs que ceux en synthétique. Le mérinos ne fond pas et ne perle pas, il est donc préférable de porter de la laine que du synthétique pour un usage professionnel en OPEX ou en mission de maintien de l’ordre, ou les risquent d’être en contact avec des flammes est présent.

-La laine ne garde pas les odeurs et est naturellement antibactérienne, pas de risques de chopper des champignons ou d’intoxiquer ses camarades si jamais vous ne pouviez pas vous changer durant quelques temps, ce que je ne vous conseille pas d’essayer avec le coton ou le synthétique. 
La laine à des propriété autonettoyante, c’est à dire que vous pouvez porter votre première couche plusieurs jours voire semaine d’affilé sans soucis (testé et approuvé sur 3 semaines), cela permet d’emporter qu’1 ou 2 vêtements de base plutôt que 10.
C’est pour cette raison que la laine est également conseillé pour les chaussettes.

-Les vêtements en laine régule la température du corps comme les sous-vêtements techniques en synthétiques, et vous garde au sec. C’est à dire qu’ils tiennent chaud quand il fait froid et qu’ils maintiennent aux frais quand il fait chaud tout en évacuant votre transpiration vers l’extérieur sous forme de vapeur.

-Contrairement aux fibres synthétiques la laine garde ses propriétés thermorégulatrices même humide, si vous avez pris la pluie ou transpiré bien plus que ne peut évacuer votre vêtements votre première couche ne deviendra pas inutile, en effet la laine peut absorber 30% de son poids en eau et maintenir ses atouts, ensuite ses performances commencerons à chuter. 

La laine sèche rapidement car elle est très perméable à l’air du fait de la finesse de ses fibres, elle sera un atout majeur sur le terrain si vous vous retrouver mouiller ou que vous enchaînez des phases d’efforts intenses avec des phases de repos statiques. 

Résultat de recherche d'images pour "militaire montagne"
Des militaires du 64e régiment de montagne Galicia (Crédit photo: 64e régiment Galicia)

La laine sera votre allié par tous les temps aussi bien en climat tropical qu’en altitude durant l’hiver, afin que votre vêtement soit le plus adapté à votre théâtre d’opération choisissez le grammage, le col et la longueur des manches en adéquation avec votre environnement. 

Pour l’hiver privilégié un col montant zippé et des manches longues qui vous permettrons de réguler votre température avec le zip si jamais vous deviez être en effort intense, pour un usage mixte un col rond et des manches longues et pour les climats chauds un col rond à manche courte, ah oui ! Et je ne vous ai pas encore dis que la laine offre une protection naturelle aux UV A et B.

Si vous avez des doutes sur la capacité à maintenir votre corps à la bonne température des études ont montré qu’après une heure d’effort par –5 degrés, la température à la surface de la peau des porteurs de laines avait chuté de 4 degrés en moyenne, alors que celle des porteurs de synthétique de 8 degrés en moyenne …  et plus vous perdez d’énergie à vous réguler moins vous en avez pour vos autres activités.

Les vêtements en laine craignent un peu plus l’abrasion mais sont également facile à réparer avec un simple fil et une aiguille. 

Mini Trousse de couture
https://www.terrang.fr/mini-trousse-de-couture-bcb.html

Vous comprendrez pourquoi les sous-vêtements en Mérinos sont le choix privilégié chez Terrang MP-Sec et pourquoi nous les conseillons à nos différents clients professionnels. 

PS: Ne gâchez pas les performances de votre première couche avec une seconde qui n’est pas adaptée. 

Pour les particuliers : ici.
Pour les professionnels : ici.

Comment choisir sa sangle Magpul ?

Comment choisir sa sangle Magpul ?

Magpul est une marque américaine reconnue pour son travail de développement en équipements et accessoires pour le tir de combat. Magpul fabrique en particulier des bretelles utilisées à travers le monde par les professionnels. La gamme est riche, il existe différents modèles et vous êtes nombreux à nous demander des conseils en boutiques.

Je vais donc vous présenter les différents modèles disponibles chez Magpul.

Tout d’abord il faut savoir que la base de tous les modèles est la même c’est à dire qu’il s’agit d’une sangle MS1. Une Sangle 2 points avec un slider permettant d’ajuster sa longueur rapidement au besoin. Cette sangle se fixe directement sur votre arme et ne permet pas d’être détachée rapidement. Cette sangle existe également en version rembourrée. Si vous souhaitez la rendre détachable rapidement, il vous faudra ajouter à votre sangle MS1 deux paraclips si vous disposez d’anneaux de fixation ou de deux QD sling slivel si votre arme possède des attaches QD.

La sangle MS1, une sangle 2 points, munis d’un slider permettant d’en ajuster rapidement la longueur.

La sanle MS1, ici en version rembourrée pour plus de confort.

Le QD sling slivel, un système d’attache pour sangle qui permet un détachement rapide QD (Quick Detach).

Le Paraclip, une pince permettant d’accrocher sur un anneau votre sangle à fusil. La pince peut être verrouiller afin qu’elle ne s’ouvre pas de façon involontaire.

Si votre arme ne possède aucun de ces deux systèmes d’attache ne vous inquiétez pas Magpul a pensé à vous et propose des attaches montables sur rail picatinny et sur tube de crosse.

Un point de fixation QD pour rail picatinny, cette accessoire existe également pour une attache Paraclip.

Un point d’attache QD pour votre tube de crosse AR15.

Un point d’attache Paraclip pour votre tube de crosse AR15.

Maintenant qu’est-ce que sont les sangles MS3, MS3 single QD et MS4 ? Et bien ces sangles contrairement à la MS1 permettent un détachage rapide sans rajouter d’accessoire mais surtout elles peuvent se transformer d’une sangle 2 points en sangle 1 point en une fraction de seconde.

La sangle MS3 est une sangle MS1 avec 2 paraclips et une pièce permettant de basculer d’une sangle 2 points vers une 1 point. La MS3 single QD est une sangle MS1 avec une attache QD à l’arrière et 1 paraclip à l’avant, ainsi que la même pièce permettant de basculer de 2 points à 1 point. La MS3 de couleur coyote est en dotation depuis 2017 au sein des Forces Spéciales française.

La sangle MS3, se fixe grace à 2 paraclips.

.

La sangle MS3 Single QD, se fixe avec une attache QD à l’arrière et un paraclip à l’avant.

La sangle MS4 quant à elle ne dispose pas de paraclip, elle fonctionne entièrement avec le système à détachement rapide « QD » (Quick Detach). Elle possède donc 2 attaches QD ainsi qu’une pièce spécifique à la MS4 permettant comme les MS3 de passer d’une sangle 2 points à 1 point.

La sangle MS4 se fixe uniquement en système QD.

Pour choisir entre la MS3, La MS3 single QD et la MS4 il faudra regarder ce qu’il y a comme système d’attache sur votre arme ou regarder ce que vous pouvez installer dessus.

Nous avons vu plus haut que nous pouvions ajouter des paraclips ou des QD sling slivel à notre MS1, on peut également ajouter un adaptateur MS3 ou MS4 qui permettra de basculer notre MS1 d’une sangle 2 points en une sangle 1 point. Il faut cependant absolument ajouter les paraclips ou les QD sling slivel à votre MS1 sans quoi l’adaptateur MS3 ou MS4 ne vous servira à rien. L’adaptateur se fixe à l’arrière et non à l’avant. Ainsi en installant 1 paraclips et un adaptateur MS3 sur votre sangle MS1 rembourrée vous aurez une MS3 rembourrée.

Adaptateur MS3

Adaptateur MS3 Single QD

Adaptateur MS4

  • MS1 + 1 paraclip + adaptateur MS3 = MS3
  • MS1 + 1 paraclip + adaptateur MS3 QD = MS3 single QD
  • MS1 + 1 QD sling slivel + adaptateur MS4 = MS4
  • Pour choisir entre Paraclip et QD Sling Slivel  c’est une question de goût personnel.

    Les paraclips sont plus sécurisant mais plus long à détacher car ils nécessitent 2 actions de l’opérateur et sont un poil plus lourd.

    Les QD sling slivel sont eux plus léger et plus rapide à détacher mais moins sécurisant, car une simple pression sur le bouton suffit à les détacher, il n’est pas impossible que votre sangle se défasse de manière involontaire.

    Pour les anti-QD sachez que Magpul a lancé le système QD-M, qui fonctionne sur le même principe mais oblige une pression sur 2 boutons à la fois ce qui rend le système plus fiable.

    Système QD-M, une évolution du QD classique, compatible avec les attaches QD standard mais offrant plus de sécurité, il permet un blocage à différents angles.

    Merci d’avoir lu cet article et n’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus de renseignement ou des conseils afin de choisir la sangle qui vous sera le plus adaptée.

    Pour les particuliers : ici.
    Pour les professionnels : ici.

    Pourquoi adopter le système multicouche

    Pourquoi adopter le système multicouche

    Le système multicouche est un principe d’habillement qui consiste à superposer plusieurs vêtements aux propriétés différentes afin d’avoir la tenue la plus polyvalente et la plus adaptée aux conditions climatiques que l’on va rencontrer.
    L’avantage du système multicouche est sa polyvalence, ainsi on pourra passer aussi bien d’un endroit chaud et pluvieux à un endroit froid et sec et dans toutes les situations d’entre deux. Le système multicouche se divise généralement en 3 couches (il peut cependant monter à 4 ou 5 en fonction des différents climats et de ce que l’on recherche comme performance technique).

    Je vais maintenant vous présenter les caractéristiques techniques que doivent avoir les différentes couches.

    La couche de base :
    La première couche est la plus importante mais aussi la plus négligée de toute. Son rôle principal est de maintenir votre température corporelle stable et d’évacuer l’humidité de votre peau vers l’extérieur. Cette couche doit être collée à votre peau afin d’effectuer son rôle au mieux. Vous aurez le choix entre les fibres synthétiques ou les fibres naturelles pour cette couche. Mon conseil : privilégier la laine ! Les premières couches 5.11 et Arc’teryx LEAF sont en laine de Mérinos. Une race de mouton réputée pour la douceur et les qualités thermiques de sa laine. Une première couche en laine vous gardera parfaitement au chaud et au sec, vous n’aurez jamais l’impression de suer à l’intérieur. L’avantage par rapport au synthétique est que la laine est naturellement antibactérienne et antiodeur (testée et approuvée : 3 semaines 7j/7 sans la laver, je sais c’est sale mais c’est pour la science). C’est une fibre autonettoyante, elle gardera ses propriétés thermiques même humide (jusqu’à 30% de son poids en eau absorbé et les propriétés restent inchangées). Elle craint bien moins les fortes chaleurs ou les flammes que le synthétique.

    La couche intermédiaire :

    Celle-ci doit vous protéger du froid et/ou du vent et aider votre première couche dans le maintien de votre température corporelle. En fonction de votre activité et du temps cette couche pourra prendre diverses formes telles qu’un pull ou une polaire, un coupe-vent, une softshell ou une doudoune. Le mieux étant de privilégier un vêtement qui restera respirant et qui ne gâchera pas tout le travail fourni par votre première couche. (Pour répondre au mieux à la situation cette couche peut être divisée en deux petites couches intermédiaires, une pour le froid et une pour le vent).

    La couche externe :

    Celle-ci est la couche la moins utilisée mais celle qui doit être la plus performante, c’est aussi généralement la plus chère car les matériaux utilisés sont très techniques. Cette couche doit vous protéger de la pluie. En effet, la plupart des secondes couches mixtes chaleur/vent sont déperlantes et résistent seulement à des petites pluies, la dernière couche est donc là pour faire face au déluge. Mais elle doit également rester respirante pour vous éviter de finir tremper à cause de la condensation que la chaleur de votre corps va produire. C’est là où se trouve le défi : faire un tissu le plus imperméable possible tout en le laissant évacuer la transpiration. On parle de membrane imper-respirante.

    Le système multicouche est applicable aussi bien sur la partie haute que la partie basse de votre corps.
    Et vous n’êtes pas obligés de porter toutes les couches toujours en même temps, l’intérêt est d’associer les différentes couches entre elles en fonction de la météo.

    J’espère que cet article vous aidera à mieux comprendre ce principe et vous donnera des idées de configurations pour l’hiver, n’hésitez pas à partager avec nous la vôtre.

    Nos meilleures marques pour bien vous équiper :

    5.11 pour les particuliers et pour les professionnels
    Arc’teryx LEAF pour les particuliers et pour les professionnels

    Comment entretenir son casque anti-bruit MSA Sordin

    Comment entretenir son casque anti-bruit MSA Sordin

    Pourquoi changer les mousses ?

    Le casque anti-bruit MSA Sordin Supreme Pro pour le tir est un des meilleurs casques actifs du marché. Investir dans ce article, c’est investir dans un produit de qualité, cependant les mousses internes sont des pièces d’usures. Il est donc conseillé de rentabiliser cet investissement en les changeant régulièrement pour deux raisons. La première est qu’avec le temps et l’utilisation les coussinets et la mousse perdent en efficacité et vu le prix du casque MSA ce serait dommage de ne pas optimiser cet équipement et prolonger son utilisation. La seconde est hygiénique : Les mousses à l’intérieur accumulent poussières et sueurs, elles sont un nid à bactéries et un foyer potentiel à otites. Constatez en photos sur la gauche l’état des mousses après 12 mois d’utilisation occasionnelles en stand de tir.

    Comment changer les coussinets ?

    La marque MSA propose un kit d’hygiène complet. Il se compose des deux mousses antibruits et de deux coussinets anneaux.

     Pour l’installer, il vous suffit de vous munir d’un petit tournevis ou de celui de votre pince multifonction et de soulever le cache en plastique de l’anneau coussinet en faisant levier au centre. Sans forcer mais en jouant sur les deux côtés, il s’ouvre très facilement. Vous remplacez les mousses et les coussinets, vous refermez en clipsant fortement.

    Comment gagner en confort ?

    La surprise de ce kit d’hygiène MSA tient dans le fait que les deux coussinets en anneau de remplacement sont en gel ! La texture est incroyablement confortable en particulier avec le port prolongé de lunettes. Il est étonnant que le fabriquant n’installe pas le gel de série tellement il est confortable. La société américaine NOISE FIGHTERS comble aussi ce besoin en proposant une solution alternative avec ses propres coussins en gel. Les coussins en anneau sont vendues par deux et ils existent en plusieurs modèles à la forme des casques les plus courants. Ils comportent de plus un emplacement favorisant le port prolongé de lunettes de protection.

    Achat pour particuliers : ici.
    Achat pour professionnels : ici.

    Comment se prémunir d’une hypothermie ?

    Comment se prémunir d’une hypothermie ?

    L’été touche à sa fin et l’hiver va nous rappeler à ses bons souvenirs très bientôt.

    L’hypothermie est un risque majeur dont les pathologies sont dues au froid et dont on peut se préserver par la prévention. La définition de l’hypothermie est une diminution de la température centrale (ou profonde). Elle est dite modérée de 37.5°c à 35°c et sévère en dessous de 35°c.

    • Facteurs favorisants : âge, immobilité voulue ou subie, fatigue, blessure, manque de nourriture, vasodilatateurs (tabac, alcool, ou autres).
    • Signes : frissons non contrôlables, intenses et généralisés, fatigue extrême et envie de dormir.
    • Signes d’hypothermie grave : arrêt des frissons, pouls rapide difficile à prendre et ventilation ralentie, trouble de la conscience.
    • PRÉVENTION : Bien manger, s’hydrater et s’entretenir physiquement. Prévoir de quoi se réchauffer et avoir un petit fond de sac « hiver ». Nous ne sommes pas à l’abri de nous retrouver bloqués quelque part exposés aux éléments.

    L’influence du vent :

    Tableau des températures ressenties en fonction de la force du vent :

    Pour se prévenir du vent lorsque l’on est exposé et que l’on doit se déplacer, évitez la couverture de survie et préférez une veste type Surviva Jacket (cliquez ici pour en découvrir la review) ou Blizzard Jacket. Elle vous isolera bien mieux et surtout pourra efficacement couvrir votre tête et vos mains.

    Une étude américaine menée en 2010 met en avant ce type de couverture de survie par rapport à une simple couverture de survie civile (8 micros) qui en déplacement par grand froid ne fait gagner que quelques minutes face à l’hypothermie. Ces « jackets » permettent de maintenir une couverture corporelle presque normale.

    Face à un blessé qu’il faut transporter :

    L’isoler au plus vite du sol (branches de sapin, tapis de sol, habits, sac à dos vides…) puis panser ses éventuelles blessures ou cloques. Scotcher ses habits si déchirés, changer les effets mouillés, réchauffer en continu sans frictionner, boire chaud si possible mais en petite quantité (risque de vasodilatation si trop de café chaud par exemple). Aucun alcool.

    Les sarcophages ou sac de couchages en mylar sont idéaux (on ne se balade pas tous les jours avec un sac de couchage et une tente voir avec un Ready Heat…). En revanche, une petite Surviva (sac de couchage pour blessé) est parfaitement adaptée.

    J’ai eu 2 expériences où des collègues ont été pris dans une avalanche et ce type de couverture de survie est très efficace. Je vous conseille de scotcher la partie autour de la tête avec un peu de medic tape pour la maintenir bien en place en attendant les secours.

    N’oubliez pas cet hiver… Sortez couvert !

    Achat pour particuliers : ici.
    Achat pour professionnels : ici.

    DIY – Kit médical sur panneau velcro

    DIY – Kit médical sur panneau velcro

    Je vous présente aujourd’hui avec une énième idées Do It Yourself : un kit médic d’urgence à ranger presque partout.

    Voici la liste des ingrédients pour cette petite salade de médic ? :

    • Un panneau velcro 4 colonnes Arktis ici
    • Une pochette C5 5.11 ici
    • Un garrot RMT paramédic ici
    • Un kit FISU ici
    • Un pansement Woundclot 10x10cm ici
    • Un pansement Woundclot 8x20cm ici
    • Un garrot compressif Swat T ici
    • Un pansement étanche ici
    • Un rouleau de médic tape ici
    • Deux web dominator ITW ici
    • Un ciseau mini jesco ici
    • Un bout de choc corde

    Petite astuce pour gagner de la place en volume : on déroule le médic tape et on le repose sur une carte de fidélité périmée, format carte de crédit.

    Voici le tout une fois en place, et ensuite, libre à vous de le positionner où vous le souhaitez !

    Par exemple… Un Tactec :

    Un sac Dart 5.11 :

    Une poche cargo d’un TDU Stryke Pant :

    On a même essayé sur une moquette de voiture, bref, multiple choix d’emport. En espérant vous avoir apporté quelques idées…