Glock 26 et 19 – PMAG 12 et 15 coups

Les chargeurs de Glock 26 d’origine contiennent 10 cartouches et sont à fleur du bas de poignée, laissant l’auriculaire dans le vide. Cette solution est la plus compacte mais la moins confortable à la tenue. Glock propose bien une talonnette +2 augmentant la capacité à 12 coups et offrant un support salvateur au petit doigt mais au prix d’une proéminence peu harmonieuse et d’une ergonomie douteuse.
Les PMAG 12 offrent d’emblée une capacité de 12 coups et une talonnette pour cet auriculaire oublié par le 26. La prouesse réside dans la compacité et l’ergonomie du bas de chargeur. Il dépasse juste ce qu’il faut, pas plus. Et bien moins que la talonnette Glock.
Les PMAG 15 pour Glock 19 emportent quant à eux 15 coups, tout comme les chargeurs d’origine. A l’instar des chargeurs Glock, ils iront aussi très bien dans un Glock 26 et sont parfaitement compatibles avec les diverses rallonges de poignées Xgrip, Pachmayr ou autre. 15 coups aussi donc, mais un talon de chargeur plus épais que le chargeur original. Ça peut en gêner certains mais pour ma part j’apprécie, les rechargements sont plus sûrs avec la poignée de ce compact, notamment pour les grandes mains ou les utilisateurs d’un magwell.

Les PMAG sont fabriqués dans un plastique fibreux qui semble de qualité, de toute façon la marque ne laisse aucun doute à ce sujet. La texture est lisse et glisse parfaitement dans les puits de chargeur, à l’introduction comme à l’éjection. Une petite fenêtre sur le côté du chargeur permet de visualiser la présence d’une cartouche lorsque celui-ci a atteint sa capacité maximale qui est marquée à côté de cet orifice.

D’ailleurs c’est le seul orifice que vous y trouverez. Pas de petites lumières numérotés sur le dos du chargeur pour savoir combien de cartouches il contient comme sur les Glock. Cela va certainement constituer un point de désaccord entre utilisateurs. Ça fera de la conversation au pas de tir. Je faisais partie des détracteurs de ce point au début. Mais dans les faits ça ne me manque pas, même en tir dynamique soutenu dans la mesure où, en caricaturant à l’extrême, un chargeur est plein ou vide… et si l’on ne sait plus trop, on engage un plein et on voit plus tard. Keep it simple. Magpul, en gros.
Les talons de chargeur comportent le désormais bien connu panneau dot matrix permettant de numéroter ses chargeurs par points de peinture ou de vernis emprunté à madame. Simple et pratique. Magpul, encore.

La planchette élévatrice est orange, tout comme celles des chargeurs Glock de cinquième génération. Pratique pour identifier la cause de sa culasse en arrière d’un simple coup d’œil : orange c’est vide, rechargement. Pas orange, c’est la mer… . A noter qu’il faut entretenir ses chargeurs et nettoyer cette planchette qui ne reste pas orange très longtemps selon le volume de tir et les munitions utilisées.
Sur ce point le démontage est facile. Bien plus facile que ces foutus fonds de chargeur Glock impossibles à démonter sans ruiner le plastique et perdre son flegme.

A l’usage aucun incident notable, même une tendance sur le Glock 19 à une extraction plus facile lorsque l’arme est très chaude. Ces chargeurs sont de première qualité, et l’on en attendait pas moins de Magpul.
Du coup, faut-il en acheter ? Absolument ! Pourquoi, parce que ça fait badass d’avoir du Magpul sur son Glock 19 MOS fileté ? Oui mais non, plutôt parce que pour une raison mystérieuse mais certainement valable, ils sont moins chers que les chargeurs d’origine Glock tout en faisant parfaitement le job !

Achat pour particuliers : ici.
Achat pour professionnels : ici.

(Visited 110 times, 1 visits today)