L’été touche à sa fin et l’hiver va nous rappeler à ses bons souvenirs très bientôt.

L’hypothermie est un risque majeur dont les pathologies sont dues au froid et dont on peut se préserver par la prévention. La définition de l’hypothermie est une diminution de la température centrale (ou profonde). Elle est dite modérée de 37.5°c à 35°c et sévère en dessous de 35°c.

  • Facteurs favorisants : âge, immobilité voulue ou subie, fatigue, blessure, manque de nourriture, vasodilatateurs (tabac, alcool, ou autres).
  • Signes : frissons non contrôlables, intenses et généralisés, fatigue extrême et envie de dormir.
  • Signes d’hypothermie grave : arrêt des frissons, pouls rapide difficile à prendre et ventilation ralentie, trouble de la conscience.
  • PRÉVENTION : Bien manger, s’hydrater et s’entretenir physiquement. Prévoir de quoi se réchauffer et avoir un petit fond de sac « hiver ». Nous ne sommes pas à l’abri de nous retrouver bloqués quelque part exposés aux éléments.

L’influence du vent :

Tableau des températures ressenties en fonction de la force du vent :

Pour se prévenir du vent lorsque l’on est exposé et que l’on doit se déplacer, évitez la couverture de survie et préférez une veste type Surviva Jacket (cliquez ici pour en découvrir la review) ou Blizzard Jacket. Elle vous isolera bien mieux et surtout pourra efficacement couvrir votre tête et vos mains.

Une étude américaine menée en 2010 met en avant ce type de couverture de survie par rapport à une simple couverture de survie civile (8 micros) qui en déplacement par grand froid ne fait gagner que quelques minutes face à l’hypothermie. Ces « jackets » permettent de maintenir une couverture corporelle presque normale.

Face à un blessé qu’il faut transporter :

L’isoler au plus vite du sol (branches de sapin, tapis de sol, habits, sac à dos vides…) puis panser ses éventuelles blessures ou cloques. Scotcher ses habits si déchirés, changer les effets mouillés, réchauffer en continu sans frictionner, boire chaud si possible mais en petite quantité (risque de vasodilatation si trop de café chaud par exemple). Aucun alcool.

Les sarcophages ou sac de couchages en mylar sont idéaux (on ne se balade pas tous les jours avec un sac de couchage et une tente voir avec un Ready Heat…). En revanche, une petite Surviva (sac de couchage pour blessé) est parfaitement adaptée.

J’ai eu 2 expériences où des collègues ont été pris dans une avalanche et ce type de couverture de survie est très efficace. Je vous conseille de scotcher la partie autour de la tête avec un peu de medic tape pour la maintenir bien en place en attendant les secours.

N’oubliez pas cet hiver… Sortez couvert !

Achat pour particuliers : ici.
Achat pour professionnels : ici.

(Visited 565 times, 1 visits today)