1 – En quoi est-ce une nouveauté ?

Le Mantis X va être capable d’évaluer, entre 0 et 100, la qualité du maintien de l’arme, du lâcher et même de votre dégainé avec ou sans contrainte de temps. A partir de 95/100 le tir sera jugé comme excellent, c’est l’objectif à atteindre. 100/100 représenterait un tir parfait, sans aucuns mouvements parasites…. Dans tous les cas, ce qui est remarquable c’est que pour chaque tir vous aurez une analyse complète de votre lâcher. 

Tous les tireurs connaissent ou ont entendu parler des systèmes avec laser pour analyser un résultat en cible. La grosse nouveauté avec le MantisX est qu’il n’y a pas besoin de récepteur, il n’y a pas de laser… Ici, encore une fois, ce qui sera analysé ce n’est pas le résultat en cible, mais la qualité de votre lâcher. Donc en tir à sec à la maison (vérifier toujours que votre arme est vide !!!) , vous pouvez très bien viser un cadre, un pot de fleur (on ne vise jamais personne !)… 

Plusieurs versions commerciales du MantisX existent avec chacune sa spécificité :

Le X3 :  tir réel/ à sec/ airsoft / CO2 mais toujours avec des fonctions restreintes.

Le X10 Elite (X10) : le plus haut de gamme pour lequel toutes les fonctionnalités sont disponibles (même celle du X7)  avec en plus une fonction tir à l’arc !


Cet article est principalement orienté Mantis X10

2 – Comment ça fonctionne ?

Le MantisX se présente sous la forme d’un boitier polymère (3cm x 3cm x 2cm, 14g) qui renferme notamment un gyroscope 3 axes couplés à un accéléromètre (3 axes aussi), capable d’enregistrer 1000 mouvements à la seconde permettant ainsi d’analyser le moindre déplacement de votre arme avant (1s)/ pendant/ après le lâcher. L’énorme avantage de ce système est que l’on peut aussi bien l’utiliser en tir à sec / airsoft / CO2 qu’en tir réel. 

Ce boitier/capteur se monte directement sur le rail pica (21mm) de votre arme (votre arme ne possède pas de rail pica ? pas de problèmes, de nombreux accessoires existent…). Ensuite, il suffit de le connecter par Bluetooth à une application gratuitement téléchargeable sur votre téléphone (IOS ou Android). L’autre côté pratique est qu’il est rechargeable via usb, pour une autonomie (20h) de plusieurs jours, voir plusieurs semaines en fonction de la fréquence d’utilisation.

Le point fort de ce système est vraiment l’application (traduite en Français) qui va permettre de transposer l’ensemble des informations reçues en données interprétables par le tireur. On reproche souvent aux applications dédiées au tir sportif d’être vraiment compliquées, avec énormément de paramètres à configurer. Pour le MantisX rien de plus simple, c’est vraiment fait pour les tireurs dans un langage compréhensible de tous, pas besoin d’être un « geek » :

  1. Après la connexion en Bluetooth, il suffira de choisir son type d’arme : arme de poing ou arme longue, une banque de donnée existe avec pas mal de modèles déjà intégrés ;
  2. Quel type de tireur êtes-vous ? Gaucher ou droitier ;
  3. Le mode de détection : Airsoft/Co2, tir à sec ou tir réel ;
  4. Dans quel sens vous avez monté le boitier sur le rail pica de votre arme pour permettre à l’analyse de votre tir grâce aux gyroscopes…..
  5. C’est FINI….

Remarque : 

  • A la première utilisation, il vous sera demandé de vous enregistrer et  de créer un profil qui vous permettra de vous mettre en réseau et de vous challengez….
  • Pour le shotgun il existe une application dédiée : MantisX-Shotgun

Bien entendu il existe aussi d’autres paramètres avancés comme la sensibilité de détection, le délais de détection etc… En préambule, je vous disais qu’il enregistre les mouvements de l’arme 1s avant le tir pour analyser votre lâcher, on peut pousser l’enregistrement à 3s avant mais cela demande des ressources de votre processeur du téléphone pour réaliser tous les calculs et vous donner un résultat cohérent.  

Une fois configuré vous aurez accès à de nombreux exercices (13, 15 avec la version MantisX 10) allant de « l’entrainement libre » (analyse tir par tir)  aux exercices mains forte/ main faible en passant par le benchmark et même un exercice de prise d’otage ( à la fin d’un signal sonore vous avez un temps imparti pour dégainer et tirer en essayant d’obtenir le meilleur lâcher possible – pas si facile qu’il n’y parait…).  La version X10 du Mantis permet aussi d’analyser vos dégainés et de connaître le recul de votre arme en tir réel (très utile pour comparer des munitions, j’y reviendrais plus loin).

3 – Analyse du lâcher

Prenons l’exemple d’un exercice simple : « entrainement libre », je l’ai réalisé avec mon Grand Power Stribog (arme longue). Il est fortement recommandé d’utiliser une cartouche inerte pour protéger le mécanisme de votre arme. 

Dans cet exercice vous allez pouvoir analyser la qualité de votre tir pour chaque lâcher et sans contraintes de temps. Utilisant mon arme de compétition pour cet exercice, il faudra qu’à chaque tir, chaque essai je ré-arme le percuteur (marteau). Le mantisX est capable de différencier le « clack » d’une culasse d’un lâcher, donc seul les tirs seront bien comptabilisés. Pour le premier tir j’ai obtenu la note de 89.9/100. 

A partir de cette fenêtre de base de l’application, en faisant glisser vers la gauche vous avez accès à une analyse plus complète

On voit alors que deux facteurs peuvent avoir influencés mon tir : « poussée vers l’avant » et « fléchissement du poignet vers le bas ». En cliquant sur les causes possibles, une nouvelle fenêtre va me donner une explication plus détaillée et des informations pour m’aider à corriger ces défauts. 

Ensuite toujours en faisant glisser la page vous avez accès à un diagramme analysant:

  •  le « maintien de la visée » c’est-à-dire le mouvement 1s avant appui sur la détente (en bleu)
  •  et « l’appuis sur la détente » calculé ¼ de seconde avant chaque tir (en jaune). 

Si les diagrammes « jaune et bleu » sont relativement « aplatis » alors c’est considéré comme un excellent tir. Cela signifiera que l’arme est très stable avant et pendant le lâcher. 

Sur une autre page, vous avez accès à une nouvelle donnée. C’est un graphique matérialisant le mouvement du pistolet pour chaque tir. En bleu le maintien de la visée, en jaune le ¼ de seconde avant l’appuis sur la détente et en rouge le mouvement après.  Il est très facile de voir que pendant le ¼ de seconde avant le tir j’ai fléchis l’arme vers le bas. 

J’ai souhaité corriger mes défauts et j’ai donc effectuer un deuxième tir. J’ai alors obtenu la note de 97.7/100 soit un excellent tir. Pas de défauts majeurs à corriger. Sur le diagramme on voit  que les mouvements de l’arme sont réduits et quasi inexistant (jaune) avant le lâcher. D’ailleurs dans le graphe il apparait que les mouvements avant (en bleu) et l’appuis sur la détente (en jaune) sont groupés. 

Ces analyses peuvent être reproduites sur différents exercices comme le « benchmark » et ainsi connaître la qualité du lâcher sur une moyenne de 10 tirs. 

D’autres exercices spécifiques au MantisX10 sont très intéressants :

  • Le dégainé : votre grip, la levée de l’arme, le temps depuis la prise en main jusqu’à  l’horizontal, le temps entre la mise à plat de l’arme et la stabilisation pour la visée et bien entendu le départ du tir seront analysés et donc cela vous permettra de voir sur quel(s) facteur(s) vous pouvez progresser. Analyse très intéressante pour la pratique du TSV (Tir Sportif de Vitesse). 
  • Le recul mètre : uniquement à balle réel. Sur mon Grand Power Stribog, sur conseil d’un ami et commercial Terrang (Vincent 😉 ), j’ai essayé une nouvelle munitions en 9mm : la GECO White box en 115g. Habituellement je tire de la 123g. Les sensations étaient bien meilleures mais je voulais entre être sûr. J’ai donc utilisé la fonction « recul mètre » sur mon Stribog, et effectivement j’ai pu voir la différence. L’arme relève beaucoup moins. Le MantisX ne ment pas 😉

4 – Pour quel type de tireur ?

Le MantisX peut être utilisé par tous les tireurs, du débutant au confirmé. 

Pour le débutant, parce qu’il y a tellement de choses à emmagasiner en même temps, au début, pour réaliser un « bon » tir (être surpris par le lâcher, tenir l’arme fermement mais pas trop, la course de la queue de détente doit être linéaire etc….), que l’analyse donnée par les capteurs du MantisX permet de connaître ses axes d’améliorations et donc de construire un apprentissage propre à chacun, « savoir c’est comprendre ». 

Quant aux professionnels, le lâcher est normalement une phase déjà acquise, les scores sont généralement autour de 95%… Par contre le graphe permet une analyse plus pointue et donc de s’améliorer encore en supprimant ces « micro »mouvements parasites, sans parler de l’analyse du dégainé… Ajoutons à cela l’analyse sur plusieurs tirs, ce qui permet de déceler d’éventuels mouvement parasites récurrents. Là est l’atout incontesté du MantisX. 

Et si en plus vous êtes moniteur de tir, vous pouvez en quelques secondes passer le MantisX d’une arme à l’autre pour analyser les tirs de tous vos étudiants en un temps record…

Et puis avec la mise en réseau cela permet aussi encore une fois de se lancer des challenges et donc d’apprendre en s’amusant.

5 – Mise à jour :

Depuis la mise en vente de ce produit, la société MantisX a fait de nombreuses « mise à jour » gratuites, preuve qu’ils sont en constante évolution. Avec de nouveaux exercices, de nouvelles analyses. J’attends avec impatience la possibilité d’analyser plusieurs tirs en multi cibles pour la pratique du TSV…c’est en cours !

6 – Les accessoires :

Si votre arme ne possède pas de rail pica, il existe des accessoires qui vous permettront quand même d’utiliser le MantisX. Voici quelques exemples (listes non exhaustives) : 

  • Talons de chargeurs avec un rail picatinny incorporé. Disponible pour de nombreux modèles comme M&P, Sig  Sauer P938/P320/P229, Ruger SR, Glock, CZ etc…
  • Système à sangle pour les armes CO2

7 – Conclusion :

J’avais déjà pris l’habitude d’utiliser le MantisX quand j’allais au range. Mais pendant cette période de confinement je l’ai vraiment mis à profit, cela m’a permis entre autres de relever des défauts qui revenaient régulièrement et donc de les corriger. Par exemple, j’en ai profité pour ajuster la longueur de la crosse de mon Stribog. Pour cela j’ai utilisé plusieurs longueurs de réglages et réalisé les exercices chronométrés à disposition pour le MantisX. Ainsi,  j’ai pu voir que la longueur de crosse qui me donnait le plus de confort était celle aussi qui m’ajoutait un défaut parasite récurrent au lâcher. 

Personnellement, je suis plus que convaincu par ce capteur. Il me permet de gagner du temps dans l’apprentissage et de toujours chercher à améliorer mon tir….Il me tarde juste que la version IPSC/TSV soit disponible. Mais je sais que des tireurs de renom comme JJ Racazza l’utilise pour des entraînements, donc l’équipe MantisX y travaille…

Pour les professionnels : cliquez-ici

Pour les particuliers : cliquez-ici





(Visited 97 times, 1 visits today)