Les sous-vêtements sont très importants car ce sont eux qui sont en contact direct avec le corps, ils sont nommés également 1° couche dans le domaine de la randonnée ou activité en plein air ; Pour ces vêtements seuls les textiles de qualités doivent être choisis, et en particulier leurs qualités de thermorégulation, antibactérienne, et si possible leur résistance aux fortes chaleurs voir ignifugé.

Le vêtement haut : Il ne doit pas comporter de coutures aux niveaux des épaules et bien descendre sur les reins, son rôle est de tenir le corps au sec, ce n’est pas un vêtement chaud, j’en distingue trois modèles, tout d’abord celui utilisé pour les saisons chaudes, très léger à manches courtes, avec éventuellement des aérations sous les bras et un col rond ou en V ; puis un modèle tout temps à manches longues col rond ( Lifa , carline) et enfin éventuellement un pour la saison froide un modèle identique au précèdent mais très légèrement plus épais.
Ils sont employés de la manière suivante : en été, port sur l’homme du modèle court, emport du modèle tout temps ; en général, port du modèle tout temps, emport du modèle très légèrement plus épais.
Le vêtement bas : Il doit être de type cuissard, les coutures ne doivent pas être gênantes aux zones de frottements, l’élastique de tour de taille doit être de type plat et large, de plus le vêtement doit comporter une ouverture sur le devant, pour éviter les mouvements de l’élastique lorsque l’on doit uriner, on choisira si possible également un modèle été, un modèle tout temps, et éventuellement un modèle plus chaud, emporté de la même manière que pour le haut. Éventuellement le modèle chaud pourra être un modèle long.
Cet ensemble haut, bas, doit être bien contre le corps, agréable à porter, le haut bien rentré dans le bas avec le moins possible de zones de frottements notamment dans le dos .
Les chaussettes, pour ces effets aucune solution ne fait l’unanimité, en partie parce que chacun cherche la chaussette magique qui ne fait pas mal aux pieds même après un raid de 100 km, « ça n’existe pas » tout d’abord elles doivent être choisies à la bonne taille, avec des renforts aux points de friction, et dans des matériaux conservant leurs propriétés même mouillés et séchant rapidement ; là aussi nous choisirons un modèle temps chaud, un modèle tout temps et un modèle temps froid ; deux grands types se distinguent les mi- mollet, et celles montantes sur le mollet, les montantes sont de port plus sûr car le maintien est meilleur, elles ont moins tendance à tomber, en général elles ont une durée de vie plus longue car les élastiques de retenue sont moins sollicités, les modèles tout temps et temps froid doivent être de ce type, le type mi- mollet peut être choisi pour le modèle temps chaud, mais attention, là, seul les enseignes de référence doivent être choisi, car le maintien à mi mollet demande des qualités de fabrication très pointues, en particulier le tissage des élastiques, car il n’est pas possible d’avoir les chaussettes qui tombent en mission, en cas de doute choisir la plein mollet plus légère pour le modèle chaud, les chaussettes plein mollet de plus peuvent être roulées sur la chaussure de manière à dégager le mollet ; elles seront emportées, soit comme pour les effets haut bas un modèle de chaque , soit deux modèles identiques une sur l’homme l’autre emporté.
Certaines chaussettes techniques sont plus particulièrement prévues pour les chaussures doublées en gore tex, si vos chaussures le sont ? s’orienter éventuellement sur ce choix.
Voilà pour la rubrique contre le corps, bien comprendre que la fonction première de ces vêtements est d’évacuer le plus vite possible la transpiration, mais également de pouvoir être lavée facilement, même sur le terrain si la situation le permet, et de sécher très vite, ce qui permet d’avoir contre son corps des vêtements propres, les autres vêtements ne pouvant pas être nettoyés de la même manière, de plus ces vêtements sont les seuls à être pris en double en mission, même s’ils ne sont pas lavés ils seront changés dès que possible, idéalement par exemple en hiver pendant un arrêt long en zone de sûreté, le soir changer ses chaussettes, mettre celles portées dans les poches à mains du pantalon pour sécher, puis changer le haut pour le modèle plus chaud, aérer celui porté ou le glisser entre les vêtements chauds pour sécher puis dans le duvet, les remettre le matin, toujours un ensemble sec à disposition.

Cet ensemble sec sera toujours emporté, mis dans un sachet étanche, celui-ci ne prendra que peu de place et de poids, tout le confort minimum se trouve dans la qualité de ces effets, d’excellents produits sont disponibles sur le marché, si on ne reste que sur des qualités hydrofuges et antibactériens ou anti UV, le choix est immense en revanche si l’on rajoute ce qui me semble essentiel c’est-à-dire une résistance aux fortes chaleurs voir ignifuges le choix se rétrécit, mais souvent gage de qualité.
Poids, à titre indicatif en faisant la moyenne des produits : Haut 150g , bas 120g, chaussettes 300g, sachet étanche 30g, totale du sac toute mission 600g environ.

Vente aux particuliers : ici
Vente aux professionnels : ici

(Visited 56 times, 1 visits today)